Campagne contre la hausse des frais de scolarité

Montréal, le 2 mars 2012

Les étudiants de génie de Polytechnique et les étudiants en génie de Sherbrooke seront en grève le 22 mars prochain

C’était au tour des associations étudiantes de l’École Polytechnique de Montréal et de la Faculté de génie de l’Université de Sherbrooke de se prononcer en faveur d’une journée de grève pour la manifestation nationale du 22 mars. Un référendum sera même organisé pour les étudiants de premier cycle de Polytechnique afin qu’ils se prononcent sur une grève générale renouvelable.

« Contrairement au gouvernement Charest, les étudiants savent compter : c’est évident qu’une hausse de 1625 $ des frais de scolarité va réduire l’accès à l’université ! C’est pour ça que les étudiants en génie se joignent aux étudiants de partout au Québec pour dire que cette hausse imposée par le gouvernement Charest ne passe pas ! », a affirmé Patricia Boivin, présidente de l’Association des étudiants de Polytechnique (AEP).

Avec des votes favorables à 66 %, 77 % et 52 % respectivement, l’Association des étudiants de Polytechnique (AEP), l’Association des étudiants des cycles supérieurs de Polytechnique (AÉCSP) et la Faculté de génie de l’Université de Sherbrooke, toutes affiliées à la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), rejoignent ainsi les milliers d’étudiants qui ont entrepris la grève afin de s’opposer à la hausse de 1625 $ des frais de scolarité de Jean Charest.

« La grogne est généralisée et les étudiants en ingénierie n’y font pas exception ! Laissons les étudiants étudier : ils repaieront amplement leur formation par les impôts qu’ils paieront », a poursuivi Andréa Arias, présidente de l’AÉCSP.

« On veut les ponts les plus solides et les routes les plus sécuritaires. C’est la même chose avec les étudiants : on veut les meilleurs, sans égard à leur origine sociale. Le gouvernement Charest veut revenir sur ce principe fondamental, et les ingénieurs de demain disent non ! », ont renchéri Mmes Boivin et Arias.

Plus de 29 000 étudiants membres de la FEUQ seront en grève générale à partir de lundi. D’autres assemblées sont prévues aussi pour la semaine prochaine et beaucoup d’associations ont aussi pris des mandats de grève pour la manifestation nationale du 22 mars. « La vague étudiante s’amplifie et c’est un raz-de-marée qui va déferler à Montréal. Nous recevons tous les jours de nouveaux appuis, des téléphones de grands-parents qui nous demandent de ne pas lâcher. Nous allons mettre un frein aux manigances du gouvernement qui n’ont qu’un seul but, appauvrir les familles à faibles et moyens revenus. Et je vous garantis que, tous ensemble, nous réussirons ! », a terminé Martine Desjardins, présidente de la FEUQ.